Les aides indispensables pour le maintien à domicile des personnes âgées

Lorsque les gestes du quotidien (se laver, s'habiller, se faire à manger, etc.) deviennent difficiles à assumer pour une personne âgée, l'idéal est de pouvoir organiser son maintien à domicile.

côte à côte magazine

Pour le bien-être de la personne, pour la rassurer, elle, mais ses proches ou aidants également. Il existe pour cela de nombreuses aides humaines, matérielles et financières pour permettre aux personnes âgées de rester chez elles le plus longtemps possible et surtout dans les meilleures conditions. Tour d’horizon des principales possibilités pour organiser le maintien à domicile des personnes âgées.

Les aides matérielles

Il existe différentes aides matérielles qui favorisent l’autonomie d’une personne âgée pour diminuer les situations de dépendance du quotidien.

  • L’amélioration de l’habitat

Il s’agit par exemple de procéder à un aménagement du logement pour rendre l’habitat plus adapté et plus sécurisant. Cela concerne différents travaux d’amélioration pour faciliter la vie quotidienne grâce, par exemple, à l’installation d’équipements spécifiques dans la salle de bain (siège mural), des toilettes surélevées, un revêtements antidérapant, de rampes de maintien ou barres d’appui, un meilleur éclairage pour éviter les chutes. Dans ce cadre, l’ANAH (Agence Nationale de l’habitat) peut accorder des aides financières aux propriétaires d’un logement sous certaines conditions, comme peuvent en accorder les caisses de retraite et certaines collectivités territoriales (région, département, commune).

  • Le portage de repas

Avec l’âge et en fonction de ses capacités physiques, il arrive parfois que l’appétit diminue et que l’envie ou la possibilité de cuisiner, de faire ses courses devienne compliquée. Pour permettre aux personnes âgées de continuer à manger des repas complets, équilibrés sans avoir à se faire à manger ni à faire ses courses, il existe désormais de nombreux services de livraison de repas à domicile. De nombreuses communes et/ou communautés de communes, des entreprises privées et même des associations proposent ce service. Des aides financières existent pour prendre en charge tout ou partie de service sous certaines conditions comme l’APA (Aide Personnalisée à l’Autonomie), les caisses de retraite, mutuelles ou bien sous forme de crédit d’impôt.

  • La télé-assistance

En cas de chute, de malaise, pour se rassurer et être rassuré, le système de téléalarme ou télé-assistance permet le maintien à domicile de nombreuses personnes. Grâce à un système très simple à mettre en place, il suffit à la personne qui porte la petite téléalarme d’appuyer sur l’unique bouton du dispositif pour être appelée et le cas échéant prise en charge en cas de problème. En fonction des ressources de la personne, une aide financière peut être obtenue en s’adressant à sa commune (Centre Communal d’Action Sociale particulièrement), au Conseil Général du département, à certaines mutuelles.

 

côte à côte magazine

 

Les services à la personne

Parfois, une aide humaine de quelques heures par semaine, par jour ou en continu peut permettre à une personne âgée de rester le plus longtemps possible chez elle dans les meilleures conditions.

 

  • L’aide ménagère

En fonction de son âge, et de ses ressources une personne peut bénéficier du soutien d’une aide ménagère. Son rôle consiste à assister la personne dont les moyens sont limités pour s’occuper notamment du ménage du logement, aider à la toilette, préparer les repas (maximum 30h par mois en tout). Une aide financière peut être attribuée pour bénéficier de ce service. L’aide-ménagère peut faire partie d’une association ou dépendre des services sociaux. Il faut alors s’adresser au Centre Communal d’Action Sociale de la mairie du domicile de la personne âgée pour connaître ses droits et aides au financement de cette prestation.

 

  • L’auxiliaire de vie sociale

Son rôle est très proche de celui de l’aide-ménagère, cependant, son intervention ne dépend d’aucune condition de ressources ou sociales car son mode de rémunération se fait directement par la personne âgée. L’auxiliaire de vie peut travailler à son compte, mais le plus souvent, elle dépend d’une association ou d’une entreprise de services à domicile. Par conséquent, son temps d’intervention n’est pas non plus limité. Son financement peut être partiellement remboursé par l’APA, ou bien la caisse de retraite ou la mutuelle, selon certaines conditions. Pour trouver une auxiliaire de vie sociale, vous pouvez vous adresser, entre autres, au Centre Communal d’Action Sociale du domicile de la personne âgée, au Conseil Général dont dépend le domicile, à une assistante sociale directement.

 

  • La garde à domicile de nuit

Parfois une présence constante de nuit peut s’avérer nécessaire pour veiller sur la personne âgée. Logiquement, c’est une solution coûteuse puisque les interventions sont plus longues que celles, ponctuelles en journée. Il est important de savoir que certains services d’aides à la personne (notamment les services de soins infirmiers, comme le SIAD) peuvent intervenir ponctuellement sur une amplitude horaire de 7h à 20h pour prendre en charge le lever et/ou le coucher et cela peut permettre dans certains cas d’éviter toute une nuit de prestation. Quoiqu’il en soit, le financement de la garde à domicile de nuit, peut dans certains cas être, en partie, pris en charge par l’APA.

Les aides humaines ou matérielles pour le maintien à domicile des personnes âgées sont multiples et les aides au financement de ces prestations sont nombreuses. Ce tour d’horizon des possibilités qui vous sont offertes n’est pas exhaustif, n’hésitez pas à prendre contact avec votre commune pour connaître toutes les options mises en place près de votre lieu d’habitation.