Lutter contre les carences alimentaires chez les seniors

Tout au long de notre vie, nos besoins nutritionnels évoluent, mais une alimentation saine et équilibrée est nécessaire pour conserver un corps et un esprit en bonne santé. Chez les seniors pourtant, les carences alimentaires ne sont pas rares et peuvent avoir de sérieuses conséquences sur leur quotidien. Manque d’appétit et désintérêt alimentaire sont des facteurs qui peuvent expliquer les raisons de ces carences. Dans cet article, nous décryptons ce phénomène pour mieux le comprendre et lutter contre ce trouble rencontré par les personnes âgées.

Carences alimentaires chez les séniors

L’alimentation chez les personnes âgées : ce qu’il faut savoir

 

Qu’ils soient dépendants ou bien encore autonomes, chez les seniors, l’alimentation est un véritable enjeu qu’il ne faut pas négliger. Il est alors important que les seniors eux-mêmes, leur entourage ou leurs aidants familiaux connaissent les spécificités d’un régime alimentaire sain et suffisant, qui leur apporte les nutriments essentiels pour conserver toutes leurs facultés.

Malheureusement il apparaît chez certaines personnes, à la suite d’une hospitalisation ou simplement avec le temps, un manque d’appétit ou la perte d’envie de cuisiner lorsqu’elles vivent seules, voire même des difficultés à s’alimenter dans certains cas (difficultés à mâcher par exemple). Si leur alimentation s’altère, qu’elle se déséquilibre en quantité comme en qualité, des carences alimentaires peuvent survenir et avec elles, entraîner ou aggraver des troubles médicaux.

Parce que leur perception du goût peut être modifiée, il arrive que ces personnes n’aient plus d’appétit pour des aliments nécessaires comme les viandes et les poissons notamment. Le besoin en protéines chez les seniors est essentiel, pourtant c’est l’une des principales carences chez les seniors. Il en va de même pour l’hydratation, elle-même cruciale, qui, si elle n’est pas maîtrisée, peut engendrer les mêmes conséquences négatives. Enfin, il est nécessaire que l’alimentation soit diversifiée, riche en nutriments, fibres et vitamines.

Les risques liés aux carences alimentaires

 

Lorsqu’une personne âgée ne s’alimente pas correctement, les risques sont bien plus importants que chez un jeune adulte.

Les protéines, par exemple, qu’elles soient d’origine végétale ou animale, sont essentielles pour le bien-être et l’entretien physique et cognitif. Parfois, il suffit d’une simple gêne à la mastication chez une personne âgée pour qu’elle délaisse viandes et poissons. Or un régime alimentaire qui ne contient pas les protéines nécessaires est un risque de perte de masse musculaire et un déficit d’énergie assuré. Il en va de même pour les carences en calcium, qui génèrent souvent des troubles physiologiques osseux. Une chute, auparavant anodine, aura des conséquences plus fâcheuses comme des fractures.

Un manque de vitamines C et c’est toute l’énergie et la vitalité de la personne qui s’en ressent, comme son moral. Enfin la déshydratation, liée au manque d’ingestion de boissons, de fruits ou de légumes crus, est problématique car les apports quotidiens en eau sont nécessaires pour assurer, notamment, les fonctions rénales.

Lorsqu’une personne âgée souffre de nombreuses carences alimentaires, on appelle cela dénutrition et cet état peut véritablement engendrer ou aggraver des troubles médicaux. Il faut alors trouver des solutions simples à mettre en place pour éviter toutes les carences.

Les solutions pour lutter contre les carences alimentaires

Les carences alimentaires chez une personne âgée ne sont pas rares, pourtant des solutions simples à mettre en place peuvent permettre d’y remédier rapidement. Mais en amont, il est tout aussi important, de retrouver le goût de l’alimentation et/ou de la cuisine.

(Se) préparer à manger à nouveau

Pour qu’une personne âgée autonome ne subisse pas de carences alimentaires, il est important qu’elle retrouve un intérêt pour la cuisine et la préparation de ses repas pour retrouver une alimentation saine et équilibrée. Une astuce consiste à ce que son entourage l’accompagne de la réalisation de ses menus aux courses et pourquoi pas, partager un repas avec elle. Rendre ce moment convivial est important, il est toujours plus agréable de partager un repas que manger seul.

Enrichir ses repas

Si la personne ne peut pas augmenter les quantités ingérées parce qu’elle n’en a pas le goût ni l’envie, il est possible de substituer ou ajouter certains aliments pour augmenter l’apport nutritionnel sans accroître la quantité et lutter ainsi contre les risques de déficit protéino-énergétique. Le lait, le fromage râpé, beurre, œufs, jambon (même hâché) sont de très bons apports et peuvent être ajoutés dans les repas habituels pour enrichir l’alimentation. Pensez également à ajouter une collation l’après-midi, sucrée ou salée.

Diversifier les consistances

De petits soucis dentaires peuvent engendrer de grosses complications alimentaires. Ainsi, pensez bien à diversifier les consistances pour que des carences ne soient pas liées à des problèmes de mastication. Variez les textures, par exemple pour la viande : privilégiez les steaks hachés ou le jambon, et diversifiez votre alimentation : les potages et les purées ne sont pas toujours moroses ! Les soupes froides et les gaspachos peuvent être une bonne astuce, tout comme les purées qui peuvent être composées d’autres ingrédients que des pommes de terre.

 

Ainsi, varier les consistances, refaire à manger, enrichir ses repas sont autant de conseils à mettre en place pour lutter contre les carences alimentaires chez les personnes âgées.