Ehpad, habitats collectifs…je choisis le lieu de vie qui me ressemble

Au fil des années, la solitude ou la perte d’autonomie peuvent altérer la qualité de vie des séniors. Certains réfléchissent alors à un nouveau lieu d’habitation. Si les maisons de retraite ou les EHPAD sont les établissements les plus souvent privilégiés par les aînés, il en existe beaucoup d’autres, souvent méconnus, mais davantage adaptés à celles et ceux qui souhaitent conserver leur autonomie tout en bénéficiant des avantages du collectif. Alors quel nouveau lieu de vie choisir selon votre profil ? On vous dit tout ! En savoir plus.

1 – J’ÉTUDIE TOUTES LES OPTIONS

Choisir un nouveau lieu de vie doit être un projet mûri et réfléchi. Plusieurs critères sont à considérer en priorité :

– le lieu

Les réflexions géographiques liées au choix d’un nouveau lieu de vie sont primordiales. En effet, sauf à le souhaiter ardemment, il est important de ne pas trop s’éloigner de la ville ou du village où vous vivez afin de maintenir vos repères. Vos liens familiaux et amicaux, votre histoire, mais aussi toutes vos habitudes quotidiennes, sont les gardiens de votre équilibre moral.
Par ailleurs, choisir un lieu connu et proche vous permettra de recevoir les visites plus régulières de celles et ceux que vous aimez.

– le prix

Selon le type d’établissement, le prix peut très vite grimper. N’hésitez pas à comparer les prestations et à bien lire le devis ou le contrat que l’on remettra. Exemple : l’entretien de votre linge est-il inclus ? Les protections contre l’incontinence sont-elles intégrées dans le coût mensuel ?
Faites des calculs et choisissez un lieu de vie en fonction de votre situation financière : montant de votre retraite, économies, projet de vente de votre maison pour financer le nouvel habitat, etc.
Certaines aides vous permettront d’alléger la facture. C’est le cas de l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie), de l’APL (Aide Personnalisée au Logement), voire de l’ASH (Aide Sociale à l’Hébergement).

– les temps d’attente

Il faut parfois faire preuve d’une grande patience pour obtenir une place dans certains établissements (entre 6 mois et 2 ans et demi pour les lieux les plus demandés), raison pour laquelle nous vous conseillons fortement d’anticiper le choix de votre nouveau lieu de vie.

– les soins médicaux

Selon le type d’habitat que vous choisirez, les soins médicaux ne seront pas les mêmes. Dans les petites structures de type maisons d’accueil rurales ou résidences autonomie, les soins sont effectués par des infirmiers libéraux qui viennent à votre rencontre. En revanche, si votre autonomie est réduite et que vous faites le choix d’une structure médicalisée (type Ehpad), sachez que ces établissements possèdent un pôle médical avec matériel et présence continue d’une équipe de professionnels.

– le personnel

L’actualité met parfois en lumière les difficultés de certains établissements et soignants à prendre soin des pensionnaires, en raison principalement d’un problème de sous-effectifs. Si vous faites le choix d’une maison de retraite, assurez-vous que la structure compte au moins 5 à 6 soignants pour 10 résidents. En dessous, c’est trop peu.

Group of old male friends enjoying themselves - Outdoor

2 – JE CHOISIS UN LIEU SELON MON PROFIL

Une fois tous les critères cités plus haut considérés avec attention, le temps est venu de choisir un lieu de vie qui vous ressemble !

JE SUIS AUTONOME

– les résidences autonomie

Les résidences autonomie sont la plupart du temps constituées d’appartements indépendants. Vous devenez locataire d’un T1 ou T2 que vous meublez à votre goût avec vos propres équipements. L’avantage réside dans la présence des services collectifs, qui sont relativement nombreux, et dont vous bénéficiez selon vos envies et vos nécessités (animations, blanchisserie, restauration). Une équipe est présente pour vous aider et vous renseigner au quotidien. Si vous devez bénéficier de soins et faire appel à un(e) infirmier(e) libéral(e), ou si plus simplement, vous souhaitez vous faire porter des repas, c’est possible. Les résidences autonomie sont situées aussi bien dans des villes que dans le cœur des villages. L’accès aux commerces est régulièrement privilégié.

– les MARPA
(Maisons d’Accueil Rurales pour les Personnes Agées)

Les MARPA sont des petites structures, comptant la plupart du temps une vingtaine d’occupants. Souvent de plain-pied, elles sont situées en milieu rural, dans les centres-bourgs. Ici aussi, les locataires décorent et meublent selon leurs goûts. Certaines maisons d’accueil autorisent même la présence des animaux de compagnie. Les activités sociales sont nombreuses et vous pouvez passer du temps avec les occupants tout en recevant vos proches régulièrement. Enfin, la dimension de santé n’est pas écartée puisque les maisons d’accueil rurales signent souvent des accords avec des professionnels du soin et de la santé afin qu’ils puissent intervenir sur place.

shutterstock_73623583

– l’habitat collectif

Nouvelle tendance à la mode chez les séniors, l’habitat regroupé est originaire du Nord de la France et essaime aussi bien à la campagne qu’en ville. On l’appelle également « béguinage ». Un nom qui vient du lieu de vie des Béguines, des femmes célibataires ou veuves qui au Moyen-Age, appartenaient à une communauté religieuse laïque. Aujourd’hui, certains béguinages sont devenus des lieux de vie participatifs et alternatifs pour personnes âgées. L’idée est de pouvoir jouir seul(e) ou en couple, d’un logement individuel et autonome tout en participant aux activités de la communauté. L’option est très intéressante si cette philosophie du partage et de la spiritualité fait écho à vos valeurs. Par ailleurs, le loyer est adapté aux revenus les plus modestes ; comptez entre 450 et 850 euros en moyenne par mois pour un T2 ou T3. Les couvents aménagés ne sont pas les seuls endroits où les habitats collectifs sont proposés. Certaines anciennes casernes trouvent aussi une nouvelle jeunesse.

– la colocation

Concept en pleine expansion, la colocation est idéale pour les séniors qui possèdent une maison ou un grand appartement avec une ou plusieurs chambres vides et qui veulent lutter contre la solitude tout en partageant les dépenses de la vie quotidienne. En signant un contrat de colocation comprenant un règlement intérieur, l’organisation de la vie commune est définie, de même que le montant des loyers et les règles à respecter.

J’AI DE PLUS EN PLUS BESOIN D’AIDE AU QUOTIDIEN

Si vous perdez en autonomie et que vous avez besoin d’aide pour certains gestes du quotidien, vous devez orienter vos recherches vers des structures qui sauront vous prendre en charge tout en vous proposant des activités et du lien social.

– l’EHPAD :

Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes
Un EHPAD est une structure spécialisée et médicalisée qui propose un hébergement en chambre individuelle ainsi que des soins médicaux pour les personnes âgées de plus de 60 ans en perte d’autonomie physique et/ou psychique, et dont le maintien à domicile est compromis. Au-delà de l’équipement médical, les EHPAD peuvent vous accueillir en chambre individuelle ou collective, et permettent toute une série de services type restauration, blanchisserie ou encore animation.
Il existe un peu plus de 7 500 EHPAD répartis sur l’ensemble de l’hexagone. Ils peuvent être publics, privés à but lucratif ou privés associatifs.
Plus d’informations ici.

– les hébergements temporaires

Les hébergements temporaires sont des structures autonomes ou reliées à un EHPAD et qui proposent un accueil à durée limitée. Cette solution est tout à fait adaptée lors d’une fin d’hospitalisation, pour reprendre quelques forces et effectuer en douceur, une transition entre l’hôpital et le retour à domicile. Mais certains aînés testent également les hébergements temporaires pour se familiariser avec une maison de retraite. D’ailleurs, certains EHPAD réservent des places pour celles et ceux intéressés par cette formule ; l’occasion de partager la vie quotidienne des résidents permanents et de mûrir sa décision finale. Pour consulter la liste des EHPAD proposant des places d’hébergement temporaires, cliquez ici.

– les accueils de jour ou de nuit

Il existe enfin des hôpitaux gériatriques, voire même des EHPAD qui proposent aux personnes en perte d’autonomie de bénéficier d’un accueil de nuit ou de jour au sein de leur établissement à raison d’une ou plusieurs journées par semaine.
Ce type d’accueil assure le maintien de l’autonomie des séniors à travers toute une série d’activités. Par ailleurs, il lutte contre la sensation d’isolement des aînés et permet aux proches qui s’en occupent de prendre un peu de temps pour eux.

JE SUIS DEPENDANT(E)

Si vous ne pouvez plus réaliser les actes et les gestes de la vie courante ou si votre état de santé nécessite une surveillance médicale de tous les instants, vous êtes considéré(e) comme dépendante.

– Les USLD
(Unités de Soins Longue Durée – ou unité spécifique Alzheimer)

Ces structures d’hébergement et de soins pour plus de 60 ans sont associées à des établissements hospitaliers. Les moyens médicaux qui y sont déployés sont très importants, souvent plus étendus que dans les maisons de retraite. Le personnel est notamment composé de médecins, de psychologues et de kinés. Tous ces acteurs ont pour mission de ralentir voire de stopper la progression de la dépendance. Les USLD œuvrent aussi à l’accompagnement des familles et des proches afin de les soutenir et permettre l’éventuelle réinsertion du patient dans son quotidien.