Guide pratique de la vaccination

La vaccination est considérée comme la méthode de prévention la plus efficace aujourd'hui pour lutter contre la transmission des maladies infectieuses. Certains vaccins sont obligatoires, d'autres vivement recommandés, la législation évolue et nous sommes parfois un peu perdus. Nous vous proposons dans cet article un point sur les vaccins les plus connus, pour se protéger et protéger les autres !

En 1885, Louis Pasteur invente le vaccin contre la rage et marque en France le début de l’utilisation de ce procédé. Il s’agit d’administrer à un individu en bonne santé une forme atténuée ou inactivée d’un agent infectieux afin de déclencher chez lui une réaction immunitaire qui évitera une contamination ultérieure de ce même agent infectieux. On appelle cela un vaccin thérapeutique ou encore de l’immunothérapie. Il ne s’agit pas de protéger l’individu contre l’infection mais plutôt de stimuler son système immunitaire pour l’aider à lutter contre la maladie.

La vaccination permet d’éviter les épidémies principalement, car plus le nombre de personnes vaccinées augmente, plus le risque de contamination diminue. Cette stratégie de vaccination a permis par exemple d’éliminer la variole.

Vous pouvez découvrir sur le site de l’Inpes un calendrier vaccinal mis à jour chaque année et élaboré par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé afin de suivre correctement les recommandations officielles.

Les campagnes de vaccinations peuvent être scindées en trois grandes périodes :

1/ de 0 à 15 ans
2/ à l’âge adulte
3/ après 65 ans

… ainsi qu’en deux catégories : les vaccins obligatoires, et les vaccins recommandés.

De 0 à 15 ans

vaccin enfant

BCG

Contrairement à ce que l’on croit encore souvent le vaccin BCG (contre la tuberculose) chez le nouveau-né n’est plus obligatoire. Il est uniquement recommandé dans certains cas de zones à risque. Votre médecin-pédiatre vous indiquera si votre enfant doit en bénéficier ou non.

DTP

Le DTP fait partie des vaccins obligatoires, il aide à lutter contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Ce vaccin est à réaliser par une première injection à l’âge de 2 mois. Une deuxième injection est à effectuer à l’âge de 4 mois, suivie d’un premier rappel à 11 mois, puis de rappels à 6 ans et entre 11 et 13 ans. Enfin, les rappels de DTP sont recommandés à 25 ans, 45 ans, 65 ans, puis tous les 10 ans.

La coqueluche

De 0 à 12 mois, vous pouvez aussi faire vacciner votre enfant contre la coqueluche, une maladie respiratoire. Ce vaccin est recommandé mais non obligatoire.

ROR

12 mois, c’est l’âge conseillé pour réaliser la première injection du bien connu vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole), sachez qu’il n’est pas obligatoire pour que votre enfant soit admis en collectivité (en crèche par exemple) mais recommandé. Suivra une deuxième injection à prévoir entre 16 et 18 mois.

HPV

Entre 11 et 14 ans, les jeunes filles peuvent être vaccinées contre les infections à papillomavirus humains (HPV) avant leur premier rapport sexuel. Si le vaccin n’a pas été administré avant 14 ans, un rattrapage peut être effectué entre 15 et 20 ans avant le premier rapport sexuel également.

À l’âge adulte

vaccin piqure

Si nous sommes très vigilants quant au respect du calendrier vaccinal de l’enfant, nous avons tendance à négliger la vaccination ou les rappels à l’âge adulte.

Les vaccins ROR, anti-coqueluche et DTP peuvent nécessiter des rappels à l’âge adulte et particulièrement chez les femmes en âge d’être enceinte ou souhaitant avoir un bébé. Si l’on ne se souvient pas d’avoir été vacciné, il faut dans certains cas avoir recours à la première injection pour suivre à nouveau le protocole. Votre professionnel de santé vous indiquera la marche à suivre le cas échéant.

Concernant les vaccins contre les hépatites A et B, il est nécessaire d’en parler à votre médecin. En effet, s’ils ne sont que recommandés, ils peuvent s’avérer obligatoires dans certains cas, par exemple, celui de personnes exerçant une activité professionnelle de soins ou de prévention les exposant à des risques de contamination.

À partir de 65 ans

vaccin senior

À partir de 65 ans, notre système immunitaire peut être parfois plus fragile, moins efficace et une simple grippe peut engendrer de fortes complications. Pour cette raison, le vaccin contre la grippe est systématiquement recommandé et est à renouveler chaque année.

Son coût est d’ailleurs pris en charge à 100 % si vous bénéficiez d’un bon de vaccination de l’Assurance maladie.

Faites confiance aux professionnels de santé

Si la liste que nous vous proposons n’est pas exhaustive, elle vous aide à faire un point sur les vaccins les plus fréquents et vous guide par âge et en fonction de leurs statut : obligatoire ou recommandé.

Dans tous les cas, la vaccination doit être encadrée par un pédiatre, un médecin traitant, votre professionnel de santé référent. Ils sont à vos côtés pour répondre à toute vos questions.