La téléassistance : elle peut vous sauver la vie

Chuter ou faire un malaise seul chez soi est une des grandes peurs des séniors ; une crainte d’autant plus légitime que les chutes sont les premières causes de décès chez les personnes âgées de plus de 65 ans en France1 . 42 % de ces chutes surviennent d’ailleurs au domicile. Pour éviter ce type de scenario, avez-vous déjà pensé à la téléassistance ? Elle offre tout un éventail de solutions adaptées à votre situation. Gros plan sur les dispositifs existants et leurs avantages. (1 - Source INPES). En savoir plus.

Un système simple et performant

Fonctionnant comme un interphone et reposant sur le principe de la transmission, le système de téléassistance se compose d’un boîtier installé à votre domicile. Ce boîtier est relié à un émetteur-récepteur que vous devez porter en permanence sur vous. Il peut s’agir d’un médaillon autour du cou ou d’une montre au poignet. En cas de problème, vous pressez le bouton. Dès lors, un micro très sensible ainsi qu’un haut parleur intégrés s’activent automatiquement et vous permettent de dialoguer avec un téléopérateur, sans avoir besoin de décrocher votre téléphone.
En fonction de l’urgence, l’opérateur prévient vos proches (famille, voisins) ou les secours.
En résumé : si vous chutez ou que vous devez faire face à une urgence :

  1. vous appuyez sur votre médaillon.
  2. votre boitier transmet l’information à une centrale qui vous appelle.
  3. selon la situation, le chargé d’écoute prévient l’aidant ou les secours qui arrivent chez vous.

Ce premier type de dispositif, plutôt basique, peut être complété par des offres plus poussées sur le plan de la technologie, et donc plus adaptées à certaines problématiques de santé du sénior.

Des offres multiples et adaptées

Pour celles et ceux qui ne veulent pas porter de bouton de secours, il existe par exemple des appareils dotés de capteurs disséminés dans toute la maison. Ces capteurs sont paramétrés pour détecter des situations à risques. Prenons le cas du détecteur de chutes : il est généralement équipé d’un accéléromètre, capable de détecter une accélération, un choc ou une perte de gravité. Raccordé à un capteur d’altimétrie, il indique si la personne reste au sol ou parvient à se relever. Autre particularité du capteur, il peut discerner toute anomalie de type convulsions ou tentatives de relevage. Si la personne ne se relève pas, la plateforme de téléassistance est immédiatement prévenue.
Autres alternatives possibles, les détecteurs de fumée. Ils sont directement reliés au boîtier central et donc, à la plateforme d’aide.
Ces prestations, souvent un peu plus onéreuses, sont proposées en option sur le forfait de base que vous souscrivez.

D’autres services pour les séniors hyperconnectés

Si vous faites partie des séniors très actifs qui êtes régulièrement en déplacement à l’extérieur de la maison mais que vous souhaitez être protégé en cas d’accident, constructeurs et prestataires proposent désormais des dispositifs dits « nomades ». Ils se présentent sous forme de téléphones mobiles ou de smartphones dont une partie est équipée d’un bouton SOS, positionné soit à l’arrière, soit sur les côtés de l’appareil. Si vous ne souhaitez pas changer de téléphone, nous vous conseillons de télécharger une application spéciale générant un bouton SOS virtuel. Vous pouvez aussi investir dans une montre intelligente, équipée d’une application spécifique. Une simple pression sur le bouton secours prévient les proches ou la plateforme d’assistance. N’oubliez pas d’activer un GPS, très pratique si vous partez en balade. Il permettra aux secours de vous localiser facilement en cas de situation à risque. La précision peut aller jusqu’à 100 mètres.
La téléassistance n’étant pas uniquement réservée aux situations d’urgence, sachez que de nombreuses structures proposent aussi des services de conciergerie, disponibles 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Option très pratique et confortable pour solliciter un(e) aide ménagère, la livraison de repas ou de courses à domicile, ou encore pour réserver un vol, un billet de train ou un taxi !

Comment choisir le bon prestataire ?

Collectivités territoriales, mutuelles, assureurs ou encore opérateurs téléphoniques et entreprises privées ont investi le marché de la téléassistance depuis plusieurs années maintenant, au point que l’on dénombre aujourd’hui un peu plus de 200 prestataires de téléassistance. Dans cette jungle aux services multiples, faire le tri n’est pas une sinécure. Cependant, certaines structures peuvent vous aider. C’est le cas de l’AFRATA (Association Française de Téléassistance) qui a lancé des labels de qualité et travaille avec des établissements membres dont une liste est disponible sur son site Internet. De son côté, l’AFNOR (Association Française de Normalisation) a mis une place une norme de qualité et de service en téléassistance. Cette norme (NF X50-520) impose aux sociétés de téléassistance plusieurs obligations :

– faire apparaître un tarif tout compris,
– ne pas proposer de durée d’engagement supérieure à 12 mois,
– donner la possibilité au client de résilier à tout moment sans frais (après échéance de la durée initiale avec un préavis de 3 mois au maximum).

Quelles offres ?

L’offre de base, qui consiste en l’installation d’un transmetteur et d’un bouton d’urgence, coûte en moyenne entre 20 et 30 € par mois (avant déduction d’impôt). L’installation est reliée au réseau téléphonique. En cas de coupure de courant, votre transmetteur continue de fonctionner. Une connexion depuis une box Internet est tout à fait possible.
À ces offres basiques peuvent s’ajouter des options personnalisées, comme nous l’avons vu plus haut. En tout état de cause, avant de souscrire à une offre, plusieurs points doivent être vérifiés :

  • Assurez-vous tout d’abord que votre commune ou votre département ne propose pas d’offre de téléassistance. Souvent, quand une offre est prise en charge par une collectivité, les séniors bénéficient de très nombreux avantages.
  • Si vous devez passer par un organisme privé, vérifiez bien que votre contrat mentionne la durée de l’abonnement et son prix. Préférez les paiements mensuels, afin d’éviter les difficultés de remboursement de trop-perçu lors de l’éventuelle résiliation de votre contrat.
  • Souvent, des frais annexes s’ajoutent au prix de votre abonnement (frais d’installation, frais de dossiers, tests de la ligne avec surfacturation). N’hésitez pas à demander plusieurs devis et à les comparer.
  • En faisant appel à une structure déclarée au titre des services à la personne, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt égale à 50% de la dépense, dans la limite d’un plafond autorisé. Si vous n’êtes pas imposable, vous serez éligible à un crédit (versé par chèque). Votre Conseil Départemental et votre mairie peuvent vous apporter une aide. N’hésitez pas à les contacter.