Le diabète : quelques clés pour mieux comprendre !

Le diabète est une maladie chronique issue d’un trouble de l’assimilation, de l’utilisation et du stockage des sucres dans notre organisme. Quelles sont les différentes formes de diabète, et comment le détecter ? Décryptage.

Test de glycémie pour un patient atteint de diabète.

Qu’est ce que le diabète ?

Lorsque l’on mange, nos aliments nous apportent toute l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme : des lipides (graisses), des protéines (viandes par exemple), des glucides (le sucre).

Notre pancréas, lui, produit une hormone appelée insuline. Cette hormone est un outil essentiel pour permettre au glucose (autrement dit la concentration de sucre) contenu dans les aliments que nous mangeons de quitter notre sang, puis pénétrer dans les cellules de notre organisme pour libérer de l’énergie. Chez les personnes atteintes de diabète, ce système ne fonctionne pas. Leur pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline ou bien leur organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit. Il en résulte une concentration élevée de glucose dans le sang, on appelle cela l’hyperglycémie.

En France, en 2013, selon l’Institut de Veille Sanitaire, le diabète touchait 4,7% de la population et plus de 3 millions de personnes étaient traitées.

Quelles sont les différentes formes de diabète ?

On distingue trois types de diabète différents :

  • Le diabète de type 1 : il concerne près 10% des cas de diabète*
  • Le diabète de type 2 : il concerne près de 90% des cas de diabète*
  • Le diabète gestationnel : il peut toucher entre 2% et 6% des femmes

* Chiffres issus de l’Inserm

Le diabète de type 1 anciennement désigné comme diabète insulino-dépendant est une maladie auto-immune qui apparaît généralement chez les enfants ou les jeunes adultes. Il s’agit de la destruction des cellules du pancréas spécialisées dans la production d’insuline. Le corps ne fabrique donc plus d’insuline ou très peu.

Le diabète de type 2 anciennement appelé diabète non insulino-dépendant est différent du diabète de type 1. Il provient d’une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme. Soit le pancréas fabrique de l’insuline en quantités insuffisantes, soit l’insuline produite agit mal sur l’organisme.

Dans les deux cas il en résulte des dysfonctionnements dans notre organisme.

Le diabète gestationnel peut survenir chez la femme enceinte vers la fin du 2ème trimestre. Comme pour les autres types de diabète, il s’agit d’un trouble de la régulation du glucose entraînant un excès de sucres dans le sang.

Les différentes formes de Diabetes

Quels sont les symptômes du diabète ?

En fonction du type de diabète, les symptômes qui permettent de le détecter sont tout à fait différents.

En effet, pour un diabète de type 1, certains signes symptomatiques doivent vous inciter à consulter un médecin, notamment :

  • Une perte de poids importante malgré une faim accrue
  • L’envie fréquente d’uriner
  • Un manque d’énergie
  • Une soif excessive
  • Une fatigue intense

En revanche, dans le cas d’un diabète de type 2, les symptômes sont légers, voire absents. Ce diabète est beaucoup plus difficile à détecter. La Haute Autorité de Santé indique qu’un test de dépistage de la glycémie à jeun permettra de poser un diagnostic concernant le diabète de type 2.

Dans le cas du diabète gestationnel, les symptômes peuvent prendre la forme du diabète de type 1 ou bien être silencieux comme dans le cas du diabète de type 2. Diabétologues et gynécologues se concentreront sur le dépistage des femmes à risque, au cas par cas.

Dans tous les cas, on peut réaliser un test de taux de glycémie en laboratoire : un diabète est avéré lorsque la glycémie à jeun est égale ou supérieure à 1.26 g/l à deux reprises ou égale ou supérieure à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.

Quelles sont les causes du diabète ?

Les causes sont difficiles à déterminer dans le cas d’un diabète de type 1. Il existerait une prédisposition familiale ainsi que des facteurs environnementaux mais l’origine de cette maladie auto-immune est méconnue.

En revanche, dans le cas du diabète de type 2, s’il existe des prédispositions génétiques, le mode de vie serait le principal facteur de risques. Le surpoids ou l’obésité, la sédentarité, le manque d’activités physiques et le tabac chez les sujets de plus de 40 ans augmenteraient de manière significative le risque de développer la maladie.

Pour le diabète gestationnel : l’âge, les antécédents familiaux, le surpoids peuvent être facteurs de risques.

Vivre avec le diabète

 Le diabète concerne 347 millions de personnes dans le monde selon l’OMS. Pour sensibiliser à cette maladie, l’OMS a créé la journée mondiale du diabète le 14 novembre.

Etre atteint du diabète comporte des complications mais une hygiène de vie saine, une activité physique régulière, une alimentation équilibrée et un traitement adaptés permettent de bien vivre avec !

Les légumes, allié d'une hygiène de vie saine

Voici quelques recommandations :

  • Bouger !

La prise de poids, l’obésité, la sédentarité sont des facteurs aggravants du diabète.

L’activité physique est l’un des meilleurs alliés de votre traitement ! Pratiquez une activité physique adaptée à votre profil et pratiquez la régulièrement !

  • Manger sainement

L’apport en glucides et donc en sucres provient de notre alimentation, un régime alimentaire équilibré et sans excès joue un rôle essentiel dans la maîtrise de la glycémie. Il est aussi important de se faire plaisir avec des recettes pour diabétiques adaptées!

  • Contrôler sa glycémie

Il est indispensable pour la personne diabétique de pratiquer une auto-surveillance régulière pour veiller aux variations possibles de taux de sucre dans le sang. Cette surveillance peut s’effectuer grâce un lecteur de glycémie.

  • Adapter son traitement

En fonction du type de diabète 1 ou 2, différents traitements sont proposés et adaptés en fonction des besoins du sujet, on appelle cela l’insulinothérapie. Elle a pour but de réguler et normaliser la glycémie. Il s’agit d’un apport d’insuline qui peut être réalisé sous forme d’injections (seringues ou stylos), grâce à une pompe à insuline ou encore par un appareil portable.

Vous avez maintenant un aperçu complet des enjeux liés au diabète, n’hésitez-pas à poser vos questions complémentaires à un professionnel de santé.