Le ronflement : nos conseils pour mieux dormir

Des nuits calmes et réparatrices... Un luxe que 10 millions de Français ne peuvent pas connaître, gênés par le ronflement. Plus qu'un bruit désagréable, le ronflement peut aussi être la cause d'un mal délicat : l'apnée du sommeil. Nos astuces pour surveiller ce trouble.

 

 Les différents types de ronflement

Le ronflement, aussi nommé ronchopathie, traduit le bruit provoqué par l’obstruction des voies respiratoires. Pendant la phase de sommeil, en inspirant, l’air vient se cogner aux tissus respiratoires de la gorge et du palais et provoque un bruit qui peut atteindre un son aussi fort que celui d’une voix ou d’une voiture. Souvent vu comme un sujet de discussion polémique ou amusant, le ronflement n’est pourtant pas à prendre à la légère : il révèle une mauvaise circulation de l’air. Il faut distinguer deux types de ronflements :

– Les ronflements occasionnels dus à la cause d’un repas trop copieux ou arrosé, suite à un rhume ou à la prise de médicaments. Ces ronflements sont passagers et ne doivent pas inquiéter.

– Les ronflements chroniques sont associés à des problèmes anatomiques. Ils peuvent être liés à une surcharge pondérale car les tissus respiratoires sont engorgés par la graisse et ne laissent plus passer l’air. Ils sont parfois le fruit d’une malformation (cloison nasale déviée, mâchoire trop courte). Dans ces cas précis, est il important de consulter un médecin car des méthodes existent pour y remédier.

Problèmes de ronflement

Le cas de l’apnée du sommeil

Généralement, le ronflement, bien que pénible pour un conjoint, est sans conséquence sur la santé. Or, quand le ronflement chronique s’accompagne de grandes fatigues au réveil, il peut signifier l’apparition d’apnées du sommeil. Ces dernières traduisent l’arrêt de la respiration pendant au moins dix secondes et cela plusieurs fois par nuit. Aussi nommée syndrome d’apnée obstructive du sommeil, l’apnée concernerait près de 3% des ronfleurs. En plus d’une grande fatigue, l’apnée est associée à d’autres facteurs dangereux comme l’hypertension ou les maladies cardiovasculaires. Les personnes souffrant de ce syndrome seraient aussi 6 fois plus sujettes aux accidents de la circulation en raison de leurs endormissements fréquents à n’importe quel moment de la journée.

Ronflement

Les traitements pour en finir avec le ronflement

Pour les ronflements légers et bénins, un changement de mode de vie peut rapidement permettre de les résoudre : une perte de poids, l’arrêt du tabac ou un changement de posture au coucher en dormant sur le côté. En revanche, quand les ronflements sont forts, il convient d’avoir recourt à l’avis d’un médecin et aux traitements médicaux. Les traitements sont possibles, il en existe deux types :

Les traitements non chirurgicaux : cela peut passer par le port d’une prothèse dentaire qui va venir agrandir l’ouverture des voies aériennes et faciliter le passage de l’air. La rééducation anti-ronflement permet aussi de raffermir les tissus respiratoires. Pour les plus gros ronfleurs, le port d’un masque nasal offre aussi de bons résultats dans la mesure où il permet de recevoir de l’air toute la nuit dans la bouche et ainsi empêcher les tissus de se relâcher.

Les traitements chirurgicaux : ces opérations s’adressent aux ronfleurs souffrant d’apnée du sommeil. Elles consistent à enlever une partie du palais ou de la luette, élargissant ainsi les voies respiratoires. Il peut aussi être question d’ôter les amygdales et les polypes nasaux. Enfin, souvent en dernier recours, le ronflement peut être réduit par cautérisation : les tissus sous la peau sont chauffés par radio-fréquence jusqu’à se réduire.

Acupuncture

Nos conseils pour limiter le ronflement

D’abord, il y a quelques prérequis à suivre pour tenter d’éloigner les ronflements :

évitez les repas trop copieux le soir

– n’abusez pas du tabac et de l’alcool

– corrigez votre façon de dormir en optant pour une position sur le côté afin de dégager les voies respiratoires

– pour les personnes en surpoids, surveillez votre prise de poids.

– la médecine douce peut permettre des résultats satisfaisant : l’homéopathie ou l’acupuncture par exemple.

Enfin, certains scientifiques recommanderaient la pratique d’exercices avec la langue et la bouche pour raffermir ces muscles. Le chant est aussi un excellent exercice pour les muscles de la gorge : un exercice simple consiste à répéter des voyelles en marquant un temps entre chaque pendant 3 minutes. Un autre exercice que vous pouvez pratiquer est celui de tirer la langue au maximum en tenant la position le plus longtemps possible. Vous pouvez également appuyer sur votre palais, à différents endroits de la bouche, pendant quelques minutes. Tous ces exercices sont à cumuler et à pratiquer avec régularité.