Maux de ventre : comment y remédier ?

« Avoir le ventre noué », « la peur au ventre » ou « l’estomac dans les talons » sont quelques-unes des nombreuses expressions de la langue française à se référer à cette partie de notre corps. Le ventre, notre deuxième cerveau, comme le nomment de plus en plus de médecins, abrite des organes délicats et est le réceptacle de nombreux maux du quotidien. Des plus anodins au plus sérieux, voici quelques clés pour prendre soin de votre ventre et remédier aux tracas que vous traversez.

Le ventre ou, plus justement nommée, la cavité abdominale, abrite plusieurs organes délicats : foie, estomac, reins, pancréas, vésicule biliaire, notamment (lire à ce sujet notre article sur de saines lectures qui évoque le livre de Giulia Enders, Le charme discret de l’intestin). Il est donc très fréquent d’observer chez soi des « maux de ventre » en cas de dysfonctionnements. Du fait du nombre d’organes situés dans cette région de notre corps, les douleurs que nous observons au niveau de notre abdomen peuvent avoir des causes multiples et les comprendre nécessite souvent de consulter un médecin. Passagères ou chroniques, les douleurs abdominales sont à prendre au sérieux.

Les douleurs liées au stress

Rentrée des classes, examens, réunions importantes, émotions fortes, certaines personnes sont susceptibles d’exprimer leurs inquiétudes par des maux de ventre prononcés.

Ces pics de stress peuvent avoir des conséquences pénibles et engendrer ce que l’on nomme communément le stress digestif : brûlures, ballonnements, diarrhées, sensations de pesanteur par exemple.

L’alimentation peut être une formidable source d’énergie anti-stress ! Privilégiez les fruits et légumes frais, le pain complet, le chocolat noir et les légumes secs pour faire le plein d’énergie avant un événement important.

De même, les troubles abdominaux peuvent s’avérer encore plus prononcés par le stress ambiant : manque de sommeil, bruit, pollution… Essayez de prendre du temps pour vous, de vous dégager des moments au calme. N’hésitez pas à pratiquer une activité physique régulière, même modérée, qui vous permettra de vous alléger le corps et l’esprit.

douleur-ventre

Les douleurs digestives

Douleurs fonctionnelles ou virales

Les douleurs digestives sont, en général chez une personne en bonne santé, des douleurs « fonctionnelles ou virales ». Reflux gastriques, ballonnements, diarrhée ou constipation sont autant de troubles qui peuvent survenir ponctuellement chez chacun d’entre nous. Ils sont souvent liés à notre hygiène alimentaire. Evitez l’alcool, les plats trop épicés, le café, la cuisine industrielle, les plats trop gras. Pensez à manger de manière mesurée et équilibrée pour éviter d’accentuer vos maux de ventre.

Dans le cas du reflux gastro-œsophagien, il s’agit d’une remontée de l’acide chlorhydrique contenu dans l’estomac dans notre œsophage. Il est alors primordial de s’astreindre à un régime alimentaire qui écarte de votre alimentation les boissons gazeuses, les épices, le café, les graisses et l’alcool, la vinaigrette. Le tabac est un facteur augmentant. De même une prise de poids anormale et rapide favorise le reflux gastrique. Essayez de dîner tôt pour ne pas vous allonger tout de suite après votre repas. Et évitez les plats à digestion lente, comme les plats trop gras.

Les ballonnements

Si les fibres sont un élément essentiel à votre alimentation, elles peuvent, consommées en excès favoriser ces sensations de ballonnements. Ces derniers sont liés à une accumulation d’air ou de gaz dans les intestins, provoquant un gonflement et une sensation d’inconfort. De même, les pâtes et les céréales, les viandes de type abat, la charcuterie, les légumes crus (choux, navets, brocolis, oignons, etc) et les légumes secs (lentilles, pois, haricots secs, etc), les fromages fermentés, les boissons gazeuses sont autant d’aliments qui favorisent la fermentation et la libération de gaz. Il est donc fortement recommandé de mâcher lentement pour éviter l’ingestion rapide des aliments qui favorise l’accumulation d’air dans le tube digestif.

N’hésitez pas à consommer du fenouil sous forme de graine ou en infusion entre les repas, ce légume aide à lutter naturellement contre les ballonnements. Aussi, profitez des vertus du charbon végétal, capable d’absorber le gaz en excès du aux fermentations et vous soulager efficacement.

Les diarrhées

Elles sont le signe d’un dysfonctionnement fréquent du système digestif : infection alimentaire, parasite ou encore gastro-entérite d’origine virale. Elles sont généralement bénignes. Dans le cas d’une diarrhée, le corps peut perdre beaucoup d’eau et de sels minéraux par les selles. Pour traiter ce trouble habituellement ponctuel, il est essentiel d’apporter à son corps une réhydratation par voie orale (eau, sucre et sel). Vous pouvez également la traiter par un antiseptique intestinal, un antidiarrhéique et un antispasmodique en cas de douleurs abdominales.

Lors de la phase de diarrhée aigue, composez vos repas de légumes cuits qui contiennent peu de fibres comme la pomme de terre et la carotte, d’aliments solides comme le riz blanc, la semoule et les soupes de poulet (viande maigre) pour vous réhydrater. N’oubliez pas non plus de consommer des yaourts qui favoriseront le renouvellement de votre flore intestinale. Si ce trouble persiste plus de 48h, qu’il est accompagné de sang dans les selles, de fièvre, il faut consulter votre médecin dans les plus brefs délais.

La constipation

Ce trouble se définit par l’émission de moins de trois selles par semaine, plusieurs mois de suite. Elle provoque lourdeur et douleurs dans l’abdomen, vous avez la sensation d’avoir le ventre gonflé. Son origine provient généralement d’un manque d’exercice, d’une consommation trop faible de boisson, d’une alimentation déséquilibrée (insuffisamment riche en fibre notamment) ou d’une modification soudaine du régime alimentaire (en voyage par exemple).

Buvez alors de l’eau même si vous n’avez pas soif, préférez-les riches en magnésium, elles favoriseront votre transit. Consommez régulièrement des pruneaux, ils ont des vertus laxatives et sont riches en fibres, utiles pour lutter contre la constipation. N’hésitez pas à ajouter du son d’avoine dans votre alimentation : dans vos yaourts ou compotes de fruits par exemple. Enfin, bougez ! Une activité physique régulière favorise la circulation de votre transit.

Dans tous les cas, si vos selles contiennent du sang ou que vous ressentez soudainement une douleur aigue dans l’abdomen ou encore si des maux de ventre violents sont accompagnés d’une forte fièvre, de diarrhée ou de vomissements, consultez un médecin dans les plus brefs délais.

Les douleurs gynécologiques                                                         

Les douleurs de règles (on parle de dysménorrhée) sont fréquentes chez les femmes lors du début des règles. Douleurs dans le bas-ventre, crampes, spasmes peuvent survenir. Ces maux peuvent irradier même jusqu’au niveau des reins. Ils sont parfois même associés à des migraines, des nausées et à une grande fatigue.

Il est conseillé alors d’appliquer sur son ventre une source de chaleur, comme une bouillotte qui calme les douleurs. Aussi, vous pouvez compléter, le plus tôt possible par la prise d’anti-inflammatoires non-stéroïdien, ou d’antalgiques.

bouillotte-mal-ventre

Cependant si ces problèmes persistent, si les douleurs ne sont pas calmées par les anti-inflammatoires, qu’elles se prolongent avant et après les règles, qu’elles s’accompagnent de saignements entre celles-ci, alors n’hésitez pas à consulter. Votre médecin et votre spécialiste sont là pour identifier ces maux et écarter ou confirmer les cas d’endométriose, de maladies utérines ou ovariennes.

Vous l’avez compris, être à l’écoute des petits et grands maux de son ventre est essentiel pour se sentir bien. Si dans la plupart des cas, ces douleurs sont ponctuelles et bénignes, soyez attentifs pour déceler les symptômes inhabituels qui pourraient être les prémices de cas plus sérieux.