Méditation et yoga pour séniors : la solution à de nombreux maux

Méditer et pratiquer le yoga, c’est vivre l’instant présent ; un art qui délivre de nombreux bienfaits ; à condition d’être pratiqué avec régularité. Enquête chez des adeptes qui ont appris à s’accorder du temps pour vivre mieux.

Des vertus validées par les scientifiques

Les bienfaits de la méditation sur la santé sont si nombreux qu’ils intriguent le monde de la recherche : rien qu’en 2014, 700 travaux ont été menés sur le sujet. Si les études confirment très souvent les vertus de la pratique méditative, elles dévoilent aussi des aspects bien plus insoupçonnés : la méditation est par exemple aussi efficace contre la déprime que les traitements à base d’antidépresseurs 1,2. Par ailleurs, une pratique régulière active plusieurs aires du cerveau liées à la bienveillance et à l’empathie, entraînant des émotions positives et éteignant les zones connectées à la peur et à l’agressivité.3 « Moi qui suis une grande anxieuse, je peux vous dire que la méditation me rend heureuse, paisible et rayonnante ! » déclare Laurence, institutrice à la retraite. Il y a 15 ans, une amie lui propose de participer à une séance : ce sera une révélation. Aujourd’hui, comme les millions de pratiquants d’une méditation dite de pleine conscience, il ne se passe pas un jour sans qu’elle s’installe et fixe son attention sur le moment présent.

Une inspiration bouddhiste

La méditation plonge ses racines dans les courants d’un bouddhisme indien teinté de taoïsme chinois. Arrivée dans les années 50 en Occident, elle est dans un premier temps adaptée, simplifiée et laïcisée. Dans les années 80, Jon Kabat-Zinn, chercheur en biologie moléculaire l’arrange sous la forme d’une méditation dite de pleine conscience et observe les résultats sur de nombreux patients : réduction du stress, meilleure mémoire, régulation des émotions négatives ; les résultats sont si encourageants qu’en France, des hôpitaux, mais aussi des maisons de retraites et des entreprises l’adoptent. Dans une société où tout va très vite et où courir n’apporte pas forcément la joie et le bonheur recherchés, méditer convoque un peu de cette sérénité, nécessaire à chacun. À condition  de s’accorder un peu de temps.

Plus de calme et de sérénité

Chaque jour, avant de commencer sa journée, Jeanine s’offre une séance de méditation. Durant 15 à 20 minutes, cette septuagénaire s’installe en tailleur dans son jardin ensoleillé : « ça me fait un bien fou !  J’ai comme l’impression de doucher mon esprit de ses mauvaises pensées et de chasser mes inquiétudes ». Véritable gymnastique du cerveau, la méditation entraîne l’attention et la ramène vers plus de calme et de quiétude : « C’est un moment de reconnexion avec soi-même, explique Patrick, praticien en médecine chinoise et méditant régulier. L’esprit est comme un muscle et c’est en le travaillant chaque jour que l’on diminue progressivement le flot de peurs, d’angoisses et de pensées négatives ».

Pour être accompagné dans son passage à la pratique, la matière ne manque pas : livres (ceux de Christophe André ou de Fabrice Midal), applications de méditations guidées, conférences, émissions ; il y en a pour tous les goûts. Et généralement, les discours se rejoignent : pour plus d’efficacité, l’attention accordée à l’esprit ne doit pas se faire au détriment du corps. Associer méditation et yoga peut se révéler parfait pour le bien-être des pratiquants.

Méditation et yoga, quelles différences ?

Méditation et yoga ont pour point commun d’aider à la détente et de renforcer la relation entre corps et esprit. Axée sur la respiration et la concentration, la méditation est une méthode d’introspection qui permet de réduire les tensions physiques et mentales, et de gérer plus facilement les petits soucis du quotidien. Pour la pratiquer, il suffit de s’asseoir au calme, de se concentrer et de respirer. Plus exigeant sur le plan physique, le yoga nécessite de faire travailler ses muscles et ses articulations. Très souvent, il associe trois disciplines : exercices corporels, respiration et méditation, ce qui en fait une activité complète. Il existe beaucoup de variantes, notamment des yogas très doux, adaptés aux séniors. N’hésitez pas à vous renseigner avant de pratiquer.

Associer méditation et yoga

Depuis deux ans, Colette, professeure de yoga près de Grenoble, propose des ateliers entièrement consacrés aux séniors. Le succès est tel qu’elle a même dû rajouter des cours. Dans sa grande salle baignée de lumière, une vingtaine de retraité(e)s s’accorde, une heure durant, une parenthèse de bien-être spirituel et physique. Les vertus de la discipline sont multiples, et les premiers bienfaits immédiats : « le yoga pour les séniors permet de garder la forme : je les aide par exemple à prendre soin, en douceur, de leurs articulations ; on travaille aussi les muscles et l’art de retrouver l’équilibre pour éviter les chutes » explique Colette. Mais ce n’est pas tout : sur la longue liste des atouts du yoga pour les aînés, les sciences soulignent aussi l’amélioration des capacités cognitives, des fonctions respiratoires, du stress, de la tension et du sommeil. « De meilleures nuits, c’est moins de fatigue, des idées plus claires, une disponibilité à soi et aux autres ; bref, une vie plus zen et rayonnante ! » ajoute Marie, une de ses élèves.

De quelle façon le yoga vous transforme ?

  • Juste après votre cours : les fonctions cérébrales sont améliorées, de même que la souplesse. Le stress diminue.
  • Au bout de quelques mois : la tension artérielle baisse, on note une réduction des douleurs chroniques du cou et du dos, l’anxiété est apaisée, l’équilibre amélioré. Chez les diabétiques, le taux de sucre diminue.
  • Après des années : les os sont plus solides et le risque de maladies cardio-vasculaires s’éloigne.

Où se renseigner ?

La méditation est une grande famille aux techniques parfois bien différentes. Pour en savoir plus, voici quelques liens utiles.

1 Étude de l’université d’Oxford, publiée dans The Lancet, 2015.

2 NDLR : Attention, la méditation ne soigne pas les troubles liés à l’histoire de chacun. De même, elle ne se substitue nullement à une psychothérapie. En revanche, elle peut la faciliter. Méditation et thérapies sont d’ailleurs très complémentaires.

3 J. Davidson, Université du Wisconsin.