Mémoire des séniors : comment l’entretenir pour la rendre plus efficace ?

C’est souvent la même musique : une connaissance vous présente une personne et quelques minutes plus tard, vous oubliez son prénom. En d’autres occasions, vous essayez de mémoriser votre liste de courses mais une fois arrivé au supermarché, vous oubliez la moitié des produits. Sujet de préoccupation majeur chez les séniors, la mémoire nous joue souvent des tours. Pourtant, il existe des solutions pour la stimuler. Découvrez-les sans plus tarder !

1. Je fais travailler mon cerveau autant que possible

C’est en faisant travailler votre mémoire que vous la garderez plus longtemps en forme. Parce qu’il est en perpétuelle évolution, le cerveau se régénère et se réorganise tout au long de son existence. Plus vous le stimulez au travers d’une nourriture intellectuelle et d’apprentissages réguliers, plus les connexions neuronales sont actives et efficaces.

Exercices : chaque jour, proposez à votre cerveau des jeux stimulants : mots croisés, scrabble, calculs : l’idée est de faire travailler sa mémoire tout en se faisant plaisir. Essayez aussi de mémoriser votre liste de courses au lieu de l’écrire. Vous aimez le théâtre ? Lancez-vous ! Il y a forcément une petite troupe amateur près de chez vous. Enfin, n’hésitez pas à télécharger sur votre tablette ou sur votre téléphone, des applications spécialement conçues pour améliorer vos capacités cognitives. Elles proposent des exercices de mémorisation, de perception de votre environnement ou encore des jeux pour coordonner vos mouvements.

2. J’améliore mon attention

Plus votre attention est stimulée, plus votre mémoire devient efficace et intègre les informations.

Exercices : pour améliorer ses capacités d’attention, la méditation, le yoga ou encore le jardinage et les travaux manuels ont des effets très positifs car ils sollicitent la concentration.

3. Je sors et je vois du monde

Partager des moments conviviaux et échanger avec autrui est indispensable à la préservation d’une bonne mémoire et au renforcement des capacités cognitives.

En pratique : prévoyez autant que possible des moments d’échange. Si vous êtes grands-parents, accueillez vos petits enfants à la maison, organisez des repas de famille ou encore des activités avec les clubs auxquels vous adhérez (cinéma, ateliers d’écriture, etc.).

4. Je fais du sport

Les activités sportives sont excellentes pour la mémoire : elles assurent une oxygénation cérébrale et stimulent les vaisseaux sanguins qui irriguent le cerveau ; raison pour laquelle il est recommandé de pratiquer régulièrement une activité, même douce.

Conseils : ne vous imaginez pas tout de suite à New-York, à courir le marathon ! L’idée est de s’attacher à faire un peu d’exercice chaque jour durant 20 à 30 minutes. Si la boulangerie n’est pas très loin de chez vous, essayez de vous y rendre à pied. Et si votre condition physique le permet, tournez-vous vers des séances de sport régulières (à condition d’être allé voir un médecin avant). La natation et l’aquagym sont excellentes pour la santé des séniors ! Plus d’infos sur ce lien.

5. Je me prépare des repas équilibrés

Une alimentation équilibrée a une influence positive sur la mémoire : les fameux 5 fruits et légumes par jour, associés à des acides gras polyinsaturés (omégas 3 et 6) protègent les artères et le fonctionnement cérébral. Ainsi, manger bien et diversifié protège du déclin cognitif précoce. Les études le prouvent : les personnes en bonne santé, dont l’alimentation se rapproche du régime méditerranéen, sont 19% de moins à développer des problèmes de mémoire.1

En pratique : connaissez-vous le régime méditerranéen ? Connu pour protéger de nombreuses maladies et réduire les risques cardiovasculaires, il fait la part belle aux légumes frais, aux fruits de saisons et aux poissons. Les fibres qu’ils contiennent, les minéraux, vitamines et antioxydants protègent votre organisme. Quant aux omégas 3 présents dans les fruits à coques (noix, amandes, noisette), ils luttent contre les radicaux libres, toxiques pour le cerveau. N’hésitez donc pas à vous faire plaisir et à intégrer à ces menus un peu de fromage de chèvre ou de brebis ainsi qu’un filet d’huile d’olive : délicieux pour le palais et parfaits pour la mémoire.

6. Je soigne mon sommeil

En dormant bien, vous permettez à votre cerveau de mieux respirer. Lors de la phase de sommeil profond, il encode ou mémorise les informations reçues dans la journée. Et lors de la phase de sommeil paradoxale, la mémoire renforce les apprentissages pratiques.

Conseils : évitez de regarder trop longtemps la télévision le soir. De même, ne lisez pas sur une tablette avant de vous endormir. La forte luminosité, conjuguée aux sollicitations multiples (sons, images) altèrent non seulement l’endormissement mais aussi la qualité du sommeil. De même : pour profiter d’un sommeil réparateur, dites non aux boissons excitantes et à l’alcool après 17 heures. Votre sommeil est perturbé ? Retrouvez l’article que nous avions consacré à ce sujet en cliquant ici  

7. Je veille à mon état de santé général

Veiller à son état de santé général, c’est prendre soin de son moral autant que de son corps. Une bonne audition est par exemple un élément central pour préserver sa mémoire ; si celle-ci baisse et n’est pas corrigée, le risque de se couper des autres a des conséquences sur la qualité des capacités cognitives.

Conseils : vous faites de plus en plus souvent répéter des phrases à vos interlocuteurs ? Rendez-vous chez l’ORL afin d’envisager la pose d’un appareillage. Une prise en charge précoce vous assurera un meilleur confort auditif et préservera votre santé psychique. Retrouvez notre article sur la perte d’audition des séniors en cliquant ici


1Alabamy university, 2014.