Prévenir les risques de chute chez les personnes âgées

Alors que notre espérance de vie ne cesse de croître, grandissent avec elle les risques induits par le vieillissement. Pour les seniors qui nous entourent, le risque de tomber est le plus important. Si chez une personne jeune, une chute n’est souvent qu’un douloureux moment, chez les personnes âgées, elles peuvent avoir de graves conséquences. Faisons alors le point pour comprendre les facteurs de chutes, les conséquences et comment les éviter.

Risque de chute chez les personnes âgées

Pourquoi les personnes âgées chutent-elles ?

Chute dans le jardin, dans l’escalier ou tout simplement se prendre les pieds dans un tapis, dans un fil électrique ou en posant son pied sur un sol trop glissant comme le parquet d’une chambre, voilà autant d’évènements et de situations qui peuvent provoquer une chute chez les seniors. Bien que l’environnement de la personne ne soit pas différent, le risque de chute augmente avec l’âge. Mais pourquoi les personnes âgées tombent-elles ? On l’explique par différents facteurs :

  • L’état de santé général

C’est le principal facteur explicatif, l’état de santé général. Lorsqu’un senior chute, il peut tout simplement s’agir d’un trouble de l’équilibre qui survient parfois avec l’âge, d’une diminution de la vision, de troubles auditifs, d’une diminution de la mobilité qui ralentit les réflexes, ou encore une faiblesse musculaire.

  • La prise de médicaments

La prise d’un grand nombre de médicaments et/ou leurs effets peuvent provoquer des chutes. En effet, certains médicaments peuvent avoir des effets sédatifs, les psychotropes ou les anti-arythmiques peuvent empêcher la personne d’être aussi vive que dans un contexte sans prise. L’automédication est d’ailleurs déconseillée car certaines associations peuvent perturber l’équilibre de la personne.

  • L’alimentation

C’est l’un des facteurs importants qui peut porter atteinte à l’équilibre des seniors. Une alimentation inadaptée ou insuffisante peut tout à fait entraîner la fragilité des personnes qui n’ont plus assez d’énergie, n’absorbant pas les nutriments suffisants. Elles sont alors beaucoup plus susceptibles de tomber.

  • L’environnement

De nombreuses personnes âgées souhaitent vivre chez elles le plus longtemps possible, c’est une chance lorsqu’elles le peuvent. Mais il suffit d’un faux pas pour atteindre un interrupteur la nuit lorsqu’elles ont besoin de se lever, d’un manque de prises dans la salle de bain et la chute n’est pas loin. Il faut alors adapter le logement au même rythme que l’avancée en âge pour ne pas que leur environnement, pourtant si rassurant habituellement, ne les fasse chuter. 

Les conséquences d’une chute

Chaque année, selon l’INPES, environ un tiers des personnes de plus de 65 ans vivant à leur domicile chutent chez elles. Les conséquences sont souvent plus douloureuses que lorsque l’on tombe plus jeune, elles peuvent être traumatiques et synonymes de fractures, psychomotrices si la personne n’est pas prise en charge à temps, et même psychologiques.

En effet, les seniors victimes de chutes sont souvent bouleversés, déstabilisés et un manque d’assurance naît de leur crainte de tomber à nouveau car elles se sentent alors plus vulnérables.

Si la chute a malheureusement engendré une fracture et donc une immobilisation, il n’est pas rare que la famille ou la personne elle-même préfère entrer en maison de retraite. Pourtant, il existe de nombreuses solutions pour éviter ces désagréments et permettre, le plus longtemps possible, le maintien à domicile.

Comment prévenir les chutes chez les seniors ?

Il existe différents éléments à mettre en place pour prévenir les risques avant même qu’elles n’adviennent.

  • Veiller à une alimentation riche en vitamines et nutriments

Une alimentation inadaptée chez le senior engendre des carences qui peuvent très rapidement fragiliser la personne au point qu’elle ressente une faiblesse générale et même des vertiges, notamment en cas de dénutrition. Une nourriture équilibrée et adaptée permet de pallier à cette faiblesse ponctuelle et d’éviter les risques de chutes. Un diététicien peut déterminer le bon régime alimentaire à mettre en place.

  • Adapter le lieu de vie

Si les toilettes sont loin de la chambre, si le sol est inégal, si des tapis entravent le passage, le risque de chute est élevé. Il faut alors adapter l’environnement du senior pour minimiser le risque. Dans une salle de bain, il peut être judicieux d’installer une barre d’appui aux parois du mur et même un siège dans la douche pour éviter des mouvements risqués. De même, il peut être utile d’installer un système de fil lumineux de la chambre jusqu’aux toilettes ou à la salle de bain de sorte que la personne puisse se lever en pleine nuit sans risquer de chuter en cherchant un interrupteur trop distant.

  • Faire appel à un kinésithérapeute

Chez les personnes âgées, la pratique d’une activité physique régulière adaptée permet d’entretenir et conserver son autonomie. Aussi, faire appel à un professionnel de santé spécialisé peut aider le senior à améliorer à la fois sa force, sa souplesse et son équilibre. De plus, un kiné peut enseigner à mieux gérer une chute avec des techniques qui permettent de se relever seul et ainsi minimiser éventuellement les conséquences de la chute.