Rencontre avec EDOUARD DETREZ, créateur du Fauteuil Roulant Français

« Je suis un jeune de 26 ans qui défend le savoir-faire français ». C’est à la force de ses bras et armé d’un mental d’acier qu’il a relié son petit village du Gers à Paris en 21 jours. 700 kilomètres pour alerter sur le handicap et faire connaître son Fauteuil Roulant Français, fabriqué et assemblé dans l’hexagone. Très sollicité depuis le retour de son périple, Édouard Detrez a des projets plein la tête. Et il profite de sa soudaine notoriété pour les concrétiser. Depuis sa rencontre avec le président de la République et ses multiples apparitions sur les plateaux télé, les choses bougent. En savoir plus.

FRF-CIRCA-IMG_0204

Bonjour Édouard, alors comment se sent-on après 700 kilomètres parcourus sur les routes de France ?

Je suis en très grande forme. Cette expérience a vraiment été incroyable, remplie de belles rencontres à chaque étape de mon parcours. Les français que j’ai croisés ont été adorables avec moi et les médias très présents. Cette couverture m’a permis de parler du handicap et d’expliquer qu’il était possible aujourd’hui de bénéficier d’un matériel français abordable, créé et assemblé sur notre territoire. Nous avons en effet la chance de bénéficier d’un savoir-faire et d’une qualité de produits tout à fait exceptionnels. Rendez-vous compte, en 21 jours de parcours, je n’ai pas resserré une seule fois les vis de mon fauteuil, je n’ai pas crevé ni regonflé mes pneus !

Vous avez rencontré Emmanuel Macron, le président de la République. Lors de votre entrevue, il a dit qu’il suivrait votre projet de très près. De quelle façon peut-il vous aider ?

Tout d’abord, il faut que je vous confie une anecdote : durant mon périple, j’ai usé une douzaine de paires de mitaines. Le jour de la rencontre avec le chef de l’État, j’ai apporté ma dernière paire en lui disant que ces gants abîmés m’avaient permis de venir jusqu’à lui. Il les a gardés dans ses mains pendant toute la durée de l’entretien, soit 45 minutes. Il y avait dans son geste une belle sincérité et cette attention m’a touché. Durant notre échange, nous avons parlé de mon parcours, du handicap mais aussi et surtout de mon projet. Depuis cette rencontre, les lignes bougent. J’ai le soutien de la banque publique d’investissement et de certains financeurs qui pourraient intervenir dans ma structure et m’aider à développer des aspects stratégiques, notamment en terme de recherche et développement, de renforcement commercial et du lancement de la phase pré-industrielle. Ces appuis sont essentiels et me permettent de crédibiliser mon action.

LE FAUTEUIL ROULANT Français

Le Fauteuil Roulant Français n’a pas de français que le nom. C’est un ensemble de caractéristiques qui le rendent tout à fait singulier…

Aujourd’hui, si vous souhaitez acheter un vélo, vous pouvez en trouver un pour 90 euros fabriqué en Chine ou opter pour un vélo français à plus de 3 000 euros. C’est pareil pour les fauteuils roulants. Certains sont chers et grimpent jusqu’à 8 000 euros. Mais le nôtre ne coûte que 3 500 euros tout en étant dessiné, fabriqué et assemblé en France. Et en plus, il crée de l’emploi sur notre territoire. Deuxième point, il est entièrement personnalisable au niveau des couleurs et des tissus de l’assise. Enfin, même si nous fabriquons des fauteuils roulants dits « actifs », c’est à dire destinés à une utilisation quotidienne, nous sommes tout à fait en mesure de sortir des fauteuils « sportifs ». D’ailleurs, j’aimerais bien que nos athlètes français les défendent lors des JO de Paris 2024.

IMG_9313

Vous en avez parlé au chef de l’État ? Il a défendu les jeux paralympiques de Paris 2024….

Oui mais lorsqu’il a défendu les jeux paralympiques, il s’est installé sur un fauteuil roulant qui n’était pas fabriqué en France. Je le lui ai dit. Aujourd’hui, nos athlètes paralympiques et la majorité des équipes françaises n’ont pas de matériel 100 % français. J’aimerais que les choses changent et j’en ai d’ailleurs parlé récemment avec Laura Flessel, la ministre des Sports.

IMG_0094 basket

Pour que la notoriété du Fauteuil Roulant Français grandisse, développez-vous d’autres stratégies ?

Vous savez, pour pouvoir commercialiser les Fauteuils Roulants Français, rien ne remplace un bon référencement.

En matière de référencement, vous pouvez compter sur DISTRI CLUB MEDICAL !

Tout à fait ! C’est d’ailleurs le cas depuis le début de mon aventure, d’où la relation privilégiée que j’entretiens avec votre marque. Guillaume Boccard, le Directeur Général de la franchise DISTRI CLUB MEDICAL m’a dit un jour dans son bureau : «  Édouard, te rends-tu compte de ce que tu as fait ? Tu as tout créé de A à Z ! ». Qu’un entrepreneur comme lui me dise ça me donne la force de continuer. Je viens d’ailleurs tout juste de signer le contrat de référencement pour l’année 2018.

Autre stratégie de développement pour vous, la visibilité de votre fauteuil roulant, notamment au cinéma.

Oui et là aussi, c’est une belle aventure. Franck Dubosc sort son film « Tout le monde debout ». Et lors d’une avant première à Bordeaux, il a parlé du Fauteuil Roulant Français. Réalisateur du film, il est aussi acteur. Dans ce long-métrage, il joue le rôle d’un homme qui fait la connaissance d’Alexandra Lamy, une femme paraplégique. Pour tenter de la séduire, il s’installe dans un fauteuil roulant. Alors que le fauteuil de Franck est plutôt lourd et difficile à manœuvrer, celui d’Alexandra Lamy est beige, plus fin et plus maniable. C’est un Fauteuil Roulant Français, le nôtre !

Nous sommes très fiers de votre parcours Édouard et nous vous souhaitons de réussir dans tous vos projets. C’est déjà très bien parti….

Merci à vous et à bientôt.