Fabrice, orthopédiste chez DISTRI CLUB MEDICAL

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir le métier d’orthopédiste. Sa fonction ne se limite pas – comme on le pense parfois - à corriger uniquement les pathologies du pied. L’orthopédiste est LE professionnel à consulter en cas de douleurs articulaires, musculaires ou osseuses à répétition. En fabriquant des attelles, il peut considérablement améliorer votre quotidien. Nous avons rencontré Fabrice Durand. Orthopédiste au magasin DISTRI CLUB MEDICAL d’Annemasse (74), il nous présente son métier et répond à nos questions. En savoir plus.

Bonjour Fabrice, alors expliquez-nous ce qu’est un orthopédiste et en quoi consiste votre métier ?
En général, on pense que l’orthopédiste ne s’occupe que du pied mais le métier d’un orthopédiste est beaucoup plus large. Orthopédie vient de « placer droit l’enfant ». Autrefois, l’orthopédiste réalisait principalement des corsets pour les jeunes atteints de scoliose. Aujourd’hui, son champ d’action s’est considérablement étendu : il conçoit, réalise et pose des appareillages dont l’objectif est d’apporter confort et bien-être aux personnes qui souffrent de pathologies musculaires, tendineuses ou osseuses.

Selon leur formation et leur spécialité, les orthopédistes peuvent fabriquer des orthèses (petits appareillages pour les problèmes de douleurs articulaires ou musculaires), mais il peut aussi s’agir de grands appareillages, appelées prothèses, qui remplacent un membre manquant (jambe, pied).

Notre métier exige une parfaite connaissance de l’anatomie, un bon relationnel pour écouter et conseiller les patients, ainsi qu’une solide maîtrise de la biomécanique. Fabriquer des orthèses ou des prothèses requière minutie et technicité.

Orthopédiste Distri Club Medical

Comment devient-on orthopédiste ?
Aujourd’hui, la formation d’orthopédiste-orthésiste est certifiée par un titre reconnu de niveau III (Bac +2).

Au quotidien, qui vient vous consulter et pour quelles raisons ?
Je reçois toutes les classes d’âges car les situations sont variées. Mais je suis souvent confronté à de la rhumatologie de type douleurs chroniques articulaires qu’il faut soulager. C’est le cas de l’arthrose. Pour mettre l’articulation en repos, je crée un petit appareillage qui va limiter voire faire disparaître la douleur. Je fabrique également des semelles orthopédiques.

Il suffit que le patient vienne me voir avec une ordonnance de son médecin. Dès lors, je m’adapte à la pathologie et je fabrique un appareillage sur-mesure.

L’investissement en matériel est-il coûteux ?
Pour le petit appareillage, pas forcément. Je travaille des matériaux thermoplastiques. Il me faut donc un bac d’eau chaude. Comme ce sont des plastiques basse température, j’ai juste à les placer dans l’eau puis à les mouler directement sur les personnes qui repartent ensuite avec leur attelle.

Aujourd’hui, les évolutions techniques et technologiques sont nombreuses. À quoi vont ressembler les orthèses et les prothèses de demain ?
Les matières deviendront encore plus légères, donc plus confortables. Côté confection, nous sommes déjà sur de la 3 dimensions ; une technique qui se généralise. Demain, l’attelle ne sera plus moulée directement sur la personne. Nous scannerons le membre et une imprimante 3D fabriquera directement l’élément.

Orthopédiste Distri Club Medical

Lorsqu’on est appareillé depuis peu, peut-on poursuivre ses activités du quotidien sans être freiné ?
Tout à fait. Prenez le cas de Pierre Vaultier, champion olympique français de snowboard en 2014 lors des JO d’hiver de Sotchi. Il a obtenu un titre olympique moins de deux mois après la rupture d’un ligament croisé du genou. Ses médecins lui avaient dit : « laisse tomber, tu n’auras pas le temps de t’en remettre, la convalescence sera trop longue ». La réaction du sportif a été incroyable ; il a déclaré « Je n’ai pas de ligament croisé ? Tant pis, je cours avec une attelle ». Résultat : il est devenu double champion olympique. Ce que je veux montrer avec cet exemple, c’est que si l’attelle est bien adaptée à la pathologie et bien conçue, elle peut être très efficace pour les activités du quotidien, sport compris.

Les prix des orthèses ou des prothèses doit considérablement varier selon les pathologies mais les remboursements sont-ils corrects ?
Oui, les remboursements sont plutôt bons sur le sur-mesure et l’appareillage (mains, poignets, corsets). C’est la CPAM qui fixe le montant des remboursements selon le type d’attelle. Plus d’infos ici.