Sommeil perturbé chez les seniors : des solutions existent

Au fil des années, le sommeil évolue avec l’âge ; il se modifie, se fragmente et conduit parfois à des fatigues répétées, voire des insomnies. Quels sont les signes d’un sommeil altéré ? Comment les expliquer et quelles habitudes adopter pour mieux dormir ? Voici quelques conseils utiles pour retrouver un sommeil de bébé !

Selon l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV), un français sur trois affirme souffrir d’un trouble du sommeil et 7 sur 10 confient se réveiller au moins une fois par nuit. Or, les nombreuses études sur le sujet le prouvent : un manque de sommeil a des répercussions sur notre quotidien. Il réduit la vigilance, ainsi que les capacités d’attention et de performance. À terme, si le manque de sommeil n’est pas pris au sérieux, il peut conduire à des maladies de type surpoids, diabète et dépression.

Quels sont les signes d’un trouble du sommeil ?

Si vous souffrez régulièrement de difficultés d’endormissement, que vos nuits sont ponctuées de réveils répétés et qu’en journée, d’autres symptômes s’ajoutent à ceux de la nuit (fatigue importante, irritabilité, troubles de la concentration), vous souffrez d’un trouble du sommeil. Ce trouble devient une insomnie si les symptômes s’installent durablement. 40 % des français de plus de 75 ans connaîtraient des difficultés liées au sommeil.

Le sommeil évolue-t-il avec l’âge ?

Les particularités du sommeil sont différentes au cours des âges. Alors qu’un nourrisson a besoin de dormir 16 à 18 heures chaque jour, les adultes n’ont besoin que de 7 à 8 heures par nuit. Toutefois, si la durée du sommeil des séniors ne connaît pas de grands bouleversements, c’est sa qualité qui se déprécie. Ainsi, le sommeil réparateur passe de 35 % pour les personnes de 40 ans à seulement 10-15% pour les plus de 60 ans.
Avec un sommeil plus léger et un déficit de sommeil profond, il est donc nécessaire de récupérer, raison pour laquelle les séniors ont souvent tendance à multiplier les siestes et à se coucher plus tôt en soirée.

Quelles sont les causes d’un mauvais sommeil ?

Les causes d’un sommeil perturbé sont multiples.
Avec l’âge, la sensibilité de l’horloge biologique évolue. Les aînés sont plus sensibles aux bruits et leur corps rencontre davantage de difficultés à se réguler face aux variations de températures. Sans compter les douleurs corporelles, liées à des troubles musculo-squelettiques (arthrose, ostéoporose), qui sont autant de freins à un sommeil paisible et réparateur. Autres raisons possibles : la dépression et la solitude ainsi que les pathologies cardiaques ou respiratoires. Enfin, certains traitements médicamenteux de type antidépresseurs, diurétiques, corticoïdes et bétabloquants, peuvent être à l’origine d’un sommeil décousu.

seniors

Ronflements et apnées du sommeil peuvent-ils expliquer un grand état de fatigue ?

Les ronflements augmentent avec l’âge, notamment chez les femmes après la ménopause. Chez certains, les ronflements sont associés à des pauses respiratoires plus ou moins longues, qui à terme, ont des conséquences sur leurs performances en journée : somnolence, troubles de la mémoire, maux de tête, hypertension artérielle. Dans ce cas, il est probable qu’il s’agisse d’apnées du sommeil. Prenez rendez-vous avec votre médecin traitant. Il mettra en place un protocole médical et vous recommandera des examens complémentaires, dans une clinique du sommeil par exemple.

Quels conseils pour mieux dormir ?

Pour mieux dormir, il est important de privilégier une activité physique douce chaque jour ; de préférence à l’extérieur car votre corps a besoin de lumière.
Levez-vous à des heures fixes et prenez vos repas à des heures régulières. Évitez les boissons excitantes après 14 heures (café, thé, alcool) et optez pour des infusions de camomille et de valériane. Autorisez-vous une petite sieste chaque après-midi mais ne la faites pas durer. En soirée, privilégiez un dîner léger afin de ne pas perturber votre sommeil. Détachez-vous des écrans (télé, ordinateur, téléphone, tablette) au moins une heure avant d’aller vous coucher. La température de votre chambre ne doit pas excéder 18 °. Cet environnement favorisera votre détente et votre endormissement ; plus encore si votre pièce est régulièrement aérée, qu’elle est éloignée des sources de bruits et équipée d’un lit confortable. Certains matelas sont conçus pour s’adapter à la morphologie des séniors.

Enfin, si vos troubles du sommeil persistent, consultez votre médecin afin de vérifier qu’ils ne soient pas liés à une autre maladie.